Un vol en Mystère

20 mai of 2014 by

Vous voulez épater vos collègues, emmenez-les faire un vol en avion de chasse. Cela se passe sur un ancien avion de l’armée française, le Mystère, du constructeur Dassault. C’est un avion totalement fait pour vous donner les plus grosses sensations ! Le dernier avion de chasse produit par Marcel Bloch avant la Seconde Guerre mondiale, le MB.150, donna naissance aux MB.151 et MB 152 qui affrontèrent les Messerschmitt Bf 109E de la Luftwaffe de septembre 1939 à Juin 1940. Déporté à Buchenwald, il revint en 1945, ayant adopté le nouveau nom de Marcel Dassault. Conservant autour de lui le même bureau d’études, le constructeur se lança dans la réalisation d’un avion de combat à réaction doté d’un moteur Rolls-Royce Nene produit sous licence en France par Hispano-Suiza et auquel fut attribuée la dénomination d’Ouragan. Ayant effectué son premier vol le 28 février 1949, l’appareil se caractérisait par un revêtement travaillant, un habitacle pressurisé, un atterrisseur tricycle Messier à assez faible garde au sol, un siège éjectable Martin-Baker, des commandes de vol hydrauliques et un armement consistant en quatre canons Hispano 404 de 20 mm. Avion d’excellente qualité, l’Ouragan, très fiable, ne révéla aucune maladie de jeunesse, si bien que 15 machines de développement furent commandées en juillet 1949 en vue de tester, avec les trois prototypes, le nouveau réacteur SNECMA Atar, le canon DEFA de 30 mm, un train d’atterrissage à diabolo adapté aux pistes sommairement aménagées, un armement interne de roquettes et divers systèmes. Outre les 350 avions vendus à l’armée de l’Air, Dassault commercialisa des Ouragan en Inde (104) et en Israël (24), l’Etat hébreu achetant par la suite 51 appareils de seconde main provenant de l’armée de l’Air. En fait, l’armée de l’Air avait prévu d’acquérir 850 Ouragan, mais la commande initiale avait été ramenée à 550 exemplaires, Dassault ayant entrepris d’améliorer le modèle de base afin de lui conserver toutes les capacités opérationnelles nécessaires. Au début des années cinquante, en effet, la technologie aéronautique connaissait une importante évolution, avec des appareils à ailes et empennages en flèche, des profils de surfaces portantes beaucoup plus minces, des configurations d’entrée d’air de réacteur permettant la mise en place d’un radar, des stabilisateurs monoblocs, des systèmes de commandes de vol plus évolués, des moteurs à flux axial dotés de postcombustion et des structures en alliages d’aluminium très robustes réalisées au moyen de nouvelles machines-outils plus puissantes. Dassault, qui était superstitieux, attachait beaucoup d’importance aux noms qu’il choisissait pour ses appareils. Aussi attribua-t-il la désignation de Mystère – qu’il conserva jusqu’en 1956 – aux successeurs à ailes en flèche de l’0uragan. Il allait employer la même dénomination pour la lignée d’avions d’affaires qu’il devait produire par la suite et donner le nom de Mirage à une longue .succession de chasseurs ainsi qu’à un bombardier stratégique. Le premier prototype du Mystère effectua son premier vol aux mains du pilote d’essai Constantin Rozanoff le 25 février 1951. Il s’agissait à la base d’un Ouragan doté d’une voilure en flèche de 30° et d’un réacteur Hispano-Suiza Nene 104B. Voila, tout cela est un peu technique, néanmoins l’expérience est totalement extraordinaire. Si cela vous intéresse, je vous renvoie vers le spécialiste du vol en avion de chasse – suivez le lien – site sur lequel vous trouverez toutes les infos.

 
vignes

Next:

Oenologie dans les vignes

You may also like