Opération séduction en avion de chasse F-15

Le F-15 Eagle est encore aujourd’hui un formidable chasseur. L’origine du F-15 remonte au milieu des années 1960, quand l’industrie aéronautique américaine fut invitée à étudier un nouveau chasseur tactique devant remplacer le F-4. Ce chasseur devait être disponible à partir de 1975. En octobre 1965, l’USAF émet un besoin portant sur un chasseur multirôle bimoteur à géométrie variable par la suite baptisé F-X (Fighter-Experimantal). Boeing, Lockheed, North American, Grumman et McDonnell Douglas se mirent alors à travailler sur ce projet. Après avoir étudié les concepts de tous ces constructeurs, l’USAF passa des contrats (CFS : Concept Formulation Submit) à Boeing, Lockheed et North American. Grumman et McDonnell continuèrent cependant à travailler sur ce projet. Par la suite, le manque de motivation de l’USAF causé par des problèmes aérodynamiques et des de propulsion n’empêcha pas les firmes aéronautiques de continuer à travailler sur le F-X. En juillet 1967, l’URSS présenta une nouvelle génération d’avions de combat à Domodedovo près de Moscou. Les décals de dérive sont un peu pâles par rapport à la photo. L’extrémité du radome est en jaune pâle, en réalité c’est une couche de latex destinée à empêcher l’érosion du radome par les gouttelettes d’eau à haute vitesse. J’ai eu un grand moment de solitude en posant les 20 décals du missile droit, entièrement tigré et les 18 du missile gauche, car il faut de l’assouplisseur pour les faire adhérer dans les angles rentrants et saillants des empennages. J’ai terminé par peindre le chant des empennages arrière en noir, après avoir dû découper aux ciseaux ce qui dépassait. Le CF-18 est la version produite au Canada du Mac Donnell F/A-18 A Hornet. La maquette Hobbycraft Canada référence HC1335 est censée représenter un avion équivalent au F-18C aux couleurs de la guerre du Golfe. Malheureusement, le moule est celui d’un appareil de pré-série, reconnaissable aux grandes fentes aérodynamiques entre le fuselage avant et les apex de voilure.  BOUTON, Relation de l’establissement des François depuis l’an 1635 en l’isle de la Martinique, p. 33 d’apr. A. WEIL ds R. Philol. 2. 1874 p. ext. ZOLA, Nouv. contes Ninon, p. Orig. incertaine. FEW t. 10, pp. 28b-29a, propose un empr. 1614 d’apr. DEI; également vivant dans les dial. Italie du Nord, v. FEW, loc. cit., p. « être porté par le vent sur la côte sans pouvoir se relever (d’un navire) », l’ital. COR.-PASC., s’appuyant sur le fait que le mot est plus anc. 1567 ds JAL1, ráfiga en 1616, ráfaga dep. XVIIe s. d’apr. COR.-PASC.; port. « frotter » (dér. « frottement violent », et aurait perdu son second r par dissim.; le changement d’accent fait cependant difficulté: il pourrait s’expliquer par l’infl. Fréq. abs. littér.:561. Fréq. 952. Bbg. MEIER (H.). Lateinisch-romanische Etymologien. Wiesbaden, 1981, p. 15. — STORM (J.). Mél. étymol. Romania. 1876, t. 5, p. 182. — QUEM. Moscou confirme le déploiement d’avions de combat Sukhoi Su-30 en Crimée. En juin, la Russie avait déjà déployé une vingtaine d’avions de combat Sukhoi Su-27SM dans la région. Des chasseurs russes Sukhoi Su-30M sont déployés près de Sébastopol, en Crimée, a annoncé vendredi le gouverneur par intérim de Sébastopol Sergueï Meniaïlo. Des avions de classe Su-30 sont dorénavant déployés à Belbek (ancien aérodrome gouvernemental ukrainien qui a également hébergé une unité de défense antiaérienne). On parle officiellement d’une vingtaine de Soukhoi Su-30 qui sont arrivés avec l’ensemble de la logistique. Par on apprend que la Russie déploiera son aviation militaire sur quatre aérodromes de Crimée. L’aérodrome Gvardeïski, situé près de Simferopol, est actuellement la base de bombardiers Sukhoi Su-24 «Fencer» qui seront remplacés à terme par des Sukhoi Su-34 «Fullback». De plus, le ministère russe de la Défense utilisera les aérodromes Katcha et Saki avec ses aéronefs de l’aéronavale. Ceux-ci viendront renforcer le dispositif de la mer Noire. Le Sukhoi Su-30M est la version améliorée et totalement multirole du Su-30. La masse maximum au décollage est portée jusqu’à 34,5 tonnes en renforçant la cellule et le train d’atterrissage. Toute la gamme d’armements russe air-air et air surface peut être emportée sous 12 points d’emport. L’avion emporte un radar de type AESA N011M Bars. L’optronique frontale OLS-30 dispose d’une portée de 90. Le Su-30M est doté d’une liaison de données Spektr et du viseur de casque Sura-K.  Le 28 décembre 1998, trois F-15E larguèrent chacun deux bombes GBU-12 de 500 livres à guidage de précision (PGM). Deux des F-15E atteignirent un site de SA-3. Le troisième F-15E atteignit le véhicule de commande des missiles SA-3 avec une première bombe, alors que la seconde alla frapper le radar de poursuite et de guidage optique du site. Le dernier F-15E de la formation de quatre ne largua aucune bombe, parce qu’il n’avait pas d’identification positive de la cible. Après « Renard du désert », l’Irak intensifia ses violations des zones d’exclusion aérienne, et un grand nombre de frappes de représailles et pré-planifiées furent menées par les F-15E. Sur la seule zone ONW, les armes furent utilisées sur au moins 105 jours. Les F-15E ont été les plus fortement sollicités de tous les chasseurs tactiques de l’USAF, principalement en raison de leur faible nombre par rapport aux F-16 présents dans la région. Les F-15E ont principalement attaqué des bunkers de munitions, de commandement et de contrôle, et des batteries anti-aériennes 100 mm KS-19 et lanceurs SA-3/6 mobiles. Source : avion de chasse