Réduire les accidents

Les accidents de la route tuent environ 1,3 million de personnes et en blessent des dizaines de millions de plus chaque année, selon l’Organisation mondiale de la santé. Une start-up basée à Dubaï et Détroit fait partie de ceux qui testent des solutions technologiques avancées qui pourraient faire baisser ces chiffres. Derq développe des systèmes pour mieux comprendre où se trouvent les points dangereux. L’entreprise utilise une combinaison de capteurs sur les routes, d’intelligence artificielle et d’ordinateurs dans les voitures pour informer les conducteurs des dangers potentiels. Par exemple, la technologie de Derq peut utiliser des caméras routières pour détecter si un conducteur s’approche d’un jaywalker. Il enverra ensuite des alertes sonores et visuelles au conducteur pour l’avertir du danger. Le système peut également repérer les mauvais conducteurs. Les caméras ou radars routiers peuvent suivre toutes les voitures qui approchent d’une intersection, et l’IA de Derq peut prédire leurs trajectoires.Par conséquent, si une voiture est sur le point de feu rouge, séminaire incentive le logiciel de Derq peut avertir les autres automobilistes. La société affirme qu’elle se concentre sur le déploiement de sa technologie sur les plus dangereux intersections initialement. Dans de nombreuses villes, ces intersections ont déjà des caméras, donc Derq vise à s’associer avec les villes pour utiliser ces caméras. Le PDG Georges Aoude est diplômé du MIT avec un doctorat et une maîtrise en génie aérospatial. Tout en faisant son doctorat dans des véhicules autonomes (pas seulement des voitures, mais aussi des satellites et des drones), il a travaillé sur le développement de technologies pour rendre les routes plus sûres et plus intelligentes. « Il y avait une nette lacune sur le marché », a expliqué Aoude. En 2016, cinq ans après avoir terminé son doctorat, le brevet d’Aoude pour Derq était prêt et il a déclaré que la haute direction de Dubaï l’avait approché, disant qu’ils voulaient soutenir la technologie. En quelques mois, Derq a été autorisé à tester sa technologie sur certaines routes. Aoude a noté que Dubaï avait pour objectif d’avoir 25% de tous les véhicules autonomes d’ici 2030. « Nous savions que ce que nous faisions était aligné avec de nombreuses priorités clés de Dubaï », a-t-il déclaré.