Europe: toujours plus de discensions

L’assistance aux événements eurosceptiques a grimpé en parallèle avec toute la montée rapide de l’afflux populiste qui engloutit actuellement l’Europe. Le mécontentement vis-à-vis de l’UE serait provoqué par les aspects mêmes qui alimentent l’essor du populisme: différences d’époque, de richesse, de scolarité ou de trajectoires économiques et démographiques. De nouvelles recherches cartographiant la géographie du mécontentement dans bien plus de 63 000 circonscriptions électorales au sein de l’UE contredisent ce point de vue. Cela implique qu’une reprise du vote anti-UE est principalement la conséquence d’un déclin financier et commercial de longue durée à l’expression de la méthode, ainsi que d’une baisse de l’emploi et d’une main-d’œuvre moins instruite. Bon nombre des autres causes de mécontentement conseillées sont moins importantes que prévu, ou leur impact diffère selon les niveaux d’opposition à l’intégration occidentale. Le 24 juin 2016, des résidents du Royaume-Uni et de tous ces autres pays se sont réveillés en apprenant que la Grande-Bretagne avait voté pour sortir de l’UE. Bien que de nombreux sondages aient connu un pronostic strict, l’attente ahurissante – qui inclut la plupart des chefs de file de la stratégie «Quitter» – était que la Grande-Bretagne voterait pour rester au sein de l’UE. Cependant, le vote sur le Brexit n’était pas le symbole initial d’un désenchantement croissant à l’égard de l’UE. Le débat sur les votes pour les événements contre l’intégration à l’UE, sur la base du questionnaire professionnel de Chapel Hill, a progressivement augmenté au cours des 20 dernières années (forme 1). Le vote pour les partis «fortement» opposés à l’incorporation à l’UE est passé de 10% à 18% par rapport à l’ensemble entre 2000 et 2018. La tendance à la hausse identique est observée lorsque l’on envisage les parties «quelque peu» opposées à l’intégration à l’UE: de 15% en 2000 à 26Pour cent en 2018. Le vote contre l’intégration à l’UE s’est amélioré de pratiquement exactement le même montant au sein de l’UE sans le Royaume-Uni. Les partis fortement opposés à l’intégration européenne ont tendance à recommander de quitter l’UE – comme cela a été le cas avec le UK Self-Reliance Party (UKIP), le Dutch Party for Freedom et le French Entrance Countrywide – ou de le ramener à un confédération d’États lâche – comme suggéré par la Lega italienne, l’AfD allemande et le Jobbik hongrois. Les partis qui sont assez opposés à l’incorporation occidentale, comme le Movimento Cinque Stelle italien ou peut-être le Fidesz hongrois, souhaitent que l’UE change considérablement, mais ne préconise pas nécessairement de quitter l’Union ou de la transformer en une coalition assouplie d’États souverains.