La réponse de l’économiste

Mercredi dernier, un congrès voué à l’économie. Le séminaire n’était en rien inoubliable. Toutefois, l’un des communicants a produit une réponse assez fascinante à une critique souvent formulée aux analystes économiques : la conviction que deux experts en économies ne peuvent jamais s’accorder. L’intervenant relevait qu’en économie, il est important dee dissocier l’économie positive de l’économie normative. Même si tous les économistes adhéraient à une même analyse économique positive sur la marche de la société, il y aurait encore de la marge pour des conflits sur les prescriptions normatives, réalisées d’après des jugements de valeur susceptibles de varier. Une bonne dose des différends entre experts se trouvent en fait dans ce second domaine. Mais, il n’est pas non plus rare de déceler des désaccords notables et tenaces en économie positive. Les situations où l‘économie peut être une science expérimentale sont effectivement rares. A titre d’exemple, il serait fort dispendieux de mettre au chômage la moitié de la population dans le seul but de repérer comment l’économie se comporte dans cette situation. Comme il est assez délicat de procéder à de telles expérimentations, les économistes sont par conséquent contraints de chercher à dissocier de nombreux facteurs dans les données du passé. L’usage de statistiques portant sur un grand nombre d’années soutient cette explication, mais apporte un autre problème. Les institutions et les comportements changent au fil du temps, il est possible que des données appartenant à une époque révolue ne soient plus adaptées pour interpréter les comportements présente. En somme, les aléas auxquels les économistes doivent faire face sont délicats et ils font de leur mieux. Ce séminaire à Lisbonne s’est achevé sur une remarque particulièrement mordante. Le conférencier a terminé en relevant aussi qu’il serait injuste de penser qu’il n’y a pas de différend notable entre ingénieurs et ingénieurs. Ils sont néanmoins moins apparents que les antagonismes entre économistes.