De Platon à Plotinus

Introduit dans ce monde en Égypte et connaissant presque totalement les traditions grecques, Plotin a finalement résolu à Rome après un voyage en Orient en utilisant l’empereur Gordien a été déserté lorsque Gordien a été assassiné par l’armée romaine. Les temps de Plotin ont été le début d’une ère en difficulté qui pourrait rapidement sonner la fin de l’ancien Empire romain et sa section dans les empires oriental et américain. Sans aucun doute, Plotin est considéré comme le tout dernier grand penseur de l’époque romaine. La reconnaissance de Plotin dépend de son remaniement et du développement de l’approche de Platon, travail qui provoquera ce qui deviendra plus tard appelé «Neoplatonisrh», bien que son point de vue puisse également être influencé par Aristote et aussi par les stoïciens romains. Ses nombreux travaux avaient été rassemblés et édités par son étudiant à l’université Porphyry sous le titre Enneads. Le titre dérive du terme grec pour «neuf», reflétant la vérité que vous trouverez 9 chapitres ou traités pour les six publications de la sélection. Le point de vue de Plotin rassemble le magique en utilisant le sensible, et devait avoir une influence fantastique sur la théologie chrétienne. Sa philosophie vise à aider l’étudiant à revenir, dans l’union ou la communion, vers le Seul ou le Meilleur Obtenir par la contemplation. Comme pour la théologie chrétienne, Plotin pensait au sein d’une tripartite de divinités, celles-ci étant la principale, l’intellect aussi bien que l’âme. Néanmoins, contrairement à la trinité chrétienne, celles-ci ne sont pas sur un pied d’égalité, mais sont plutôt des «étapes» ou émanations ultérieures d’obtention contemplative. Habituellement, Celui que Plotin – Platon suivant – parfois appelé «le Bon» est une explication passée. Les mots ne peuvent qu’indiquer le One, et les nombreuses marques du One ne sont pas non plus ses véritables titres. C’est tout à fait la manière mystique et ineffable d’obtenir la vérité. Après l’Un arrive l’Intellect ou «Nous», qui correspond à des informations faciles à utiliser. L’Intellect peut également être difficile à expliquer par des mots, mais Plotinus nous propose diverses analogies. L’Intellect ressemble beaucoup à l’éclairage au soleil, il éclaire le principal et est aussi l’indicateur dans lequel le principal se contemple. L’Intellect est la source et le sol des archétypes, ou formes platoniciennes (voir Platon), des points de substance. Aussi bien les croyants que les objets de l’imaginaire sont unis dans l’Intellect, il n’y a absolument aucune division entre sujet et objet, percepteur et identifié. Un niveau de réalité plus élevé est l’âme, qui correspond à la pensée logique ou discursive. Il y a une division accrue et minimisée, entre l’âme plus grande et tournée vers l’intérieur, cherchant vers le divin au moyen de l’intellect, et aussi l’Esprit inférieur et extérieur. Plotin appelle cette composante réduite Mère nature. C’est vraiment ce personnage réduit, extérieur, qui représente la planète matérielle. En tant qu’êtres humains, chaque niveau de l’âme peut être trouvé en nous, en fait, c’est approximativement nous de choisir parmi ceux qui sont concernés par les problèmes de degré réduit dans le physique, ou de regarder à l’intérieur et de contempler les plus grandes réalités de l’intellect. La clé pour comprendre la cosmogonie de Plotin réside dans la compréhension que trois des degrés de réalité, habituellement celui, l’intellect aussi bien que l’esprit, sont des progressions rationnelles, ou des quantités de contemplation, d’une vérité singulière sans fin, plutôt qu’une succession temporelle. des cessions d’arrivée. Le temps est simplement produit par la capacité insuffisante du Caractère à considérer le divin. Conformément à Plotin, cela se produira dans l’achat inférieur de l’existence matérielle car l’Esprit, contrairement à l’Intellect, est incapable de penser instantanément aux Types, mais doit alternativement les considérer comme des objets fragmentés perçus dans les moments de succession.