Réduire la pauvreté grâce au tourisme

le tourisme est donc un outil de réduction de la pauvreté et de cohésion sociale. La pauvreté abjecte dans nos zones rurales pourrait être réduite si le tourisme se développait. C’est parce que la plupart de nos sites d’attraction sont parsemés dans les zones rurales, où la pauvreté est répandue. Les touristes dépensent pour l’hébergement, la nourriture, les souvenirs et ainsi de suite dans les lieux visités. Cependant, le fait que les touristes entreprennent des visites de retour et dorment dans les zones urbaines après avoir visité les sites n’augure rien de bon pour la réduction de la pauvreté. La fourniture d’équipements sociaux dans ces zones contribuera donc grandement à ouvrir ces zones pour inciter les touristes à passer des jours dans les zones d’attraction pour la promotion du tourisme.

Le tourisme oriente également la communauté vers de nouvelles introductions, qui peuvent être positives ou négatives ou les deux. Le tourisme ne quitte jamais un lieu sans y planter ses empreintes. Cela rend également un peuple conscient de sa propreté environnementale et de ses bonnes pratiques de conservation d’une manière très durable, car tant que la communauté zone est acceptable pour les visiteurs, ils continueront à arriver et laisseront tomber certains avantages à la communauté d’accueil.

Il aborde les problèmes sociaux et culturels de la communauté d’une manière très positive. Au Ghana, le tourisme en tant qu’outil de réduction de la pauvreté ne fait aucun doute. Ce qui est mis en doute, c’est la compréhension de l’industrie, car peu d’informations sur ce qu’elle est et n’est pas n’est apportée à la société ghanéenne. Le tourisme bénéficie d’une grande attention mondiale en raison de son pouvoir économique de générer d’énormes revenus pour les nations et de sa base de création d’emplois massive. Le potentiel du tourisme à transformer les économies en développement et à les transformer en économies à revenu intermédiaire en un temps record n’a jamais été mis en doute à la fois par les économistes et les politiciens.

Les pays avancés consacrent tant d’allocations budgétaires à l’industrie du tourisme et ils reçoivent la plus grande partie des voyageurs d’affaires qui ont tout l’argent à dépenser. Ces derniers temps, les pays en développement, en particulier ceux d’Afrique, ont fait du tourisme l’une des panacées possibles à leurs défis économiques. La Malaisie, le Maroc, Maurice, le Kenya, l’Égypte et Singapour figurent parmi les pays qui ont accordé la priorité au tourisme dans leur programme de développement. Ces pays ont tellement investi dans le développement du tourisme et font des gains.

Les statistiques montrent que le tourisme ghanéen génère près de 1,1 milliard de dollars de recettes en devises, contribuant à 4% du produit intérieur brut national et créant environ 220 000 emplois formels directs à travers le pays.

Développement touristique
Le tourisme est devenu une activité économique mondiale majeure. Dans de nombreux pays, il a dépassé l’agriculture et l’industrie. La diversification de l’économie ghanéenne en 1985 et la nécessité de ne plus se concentrer sur la dépendance excessive de l’économie aux produits de base traditionnels ont placé le secteur du tourisme en première ligne en tant qu’activité économique majeure qui a le potentiel de ressusciter l’économie en difficulté. Le Ghana propose une large gamme de produits uniques et des ressources naturelles, culturelles et historiques passionnantes, qui sont très peu développées, mais doivent être développées. En tant qu’exportation traditionnelle, le tourisme a le potentiel de devenir un outil puissant dans les stratégies de développement en faveur des pauvres. Il a la capacité de créer des emplois et de la richesse. Ce potentiel peut être réalisé si la force de développement économique et social solide du tourisme est efficacement mobilisée pour créer de la richesse et lutter contre la pauvreté dans les communautés en particulier, et dans le pays en général. L’impact positif du tourisme peut être évalué en termes de recettes en devises, d’emplois et de revenus ainsi que de conservation de la biodiversité et également d’outil catalyseur pour la croissance d’autres entreprises. En effet, le secteur du tourisme au Ghana connaît une croissance significative depuis 1996 avec un impact positif considérable à partir de l’an 2000. La croissance enregistrée souligne à nouveau l’engagement du gouvernement envers le développement du secteur du tourisme. Cette déclaration a été reprise par le président John Agyekum Kufuor dans son discours de section de 2005 au Parlement lorsqu’il a déclaré : « Le tourisme est une mine d’or qui doit être exploitée. Le tourisme au Ghana est en effet la mine d’or inexploitée de l’économie.

Même si environ 80 pour cent du potentiel touristique du pays reste inexploité, c’est la quatrième source de devises du pays après les envois de fonds de l’étranger, le cacao et l’or. Cependant, le ministère du Tourisme et des Relations avec la diaspora est le moins doté en ressources. Cela a conduit à peu de publicité, à un marketing médiocre, à des sites mal développés, à aucun matériel promotionnel, et par conséquent, le tourisme est relégué au second plan. Considérant le fait que le tourisme est la quatrième source de devises étrangères dans l’économie du Ghana sans aucun effort, imaginez ce qui pourrait arriver s’il recevait peu de financement et de soutien.

Bien que le pays soit doté de plages immaculées s’étendant sur plus de 500 kilomètres, ces plages ne sont pas aménagées, tandis que des portions ont été transformées en lieux de commodité. Les les détritus habituels sont également un anathème pour le développement du tourisme. Comment les touristes répéteront-ils leurs visites si les atouts touristiques sont mal utilisés ?

Les statistiques montrent que le tourisme ghanéen génère près de 1,1 milliard de dollars de recettes en devises, contribuant à 4% du produit intérieur brut national et créant environ 220 000 emplois formels directs à travers le pays.
Développement du tourisme et réduction de la pauvreté
Le ministère du Tourisme du Ghana a récemment adopté une nouvelle approche du développement touristique qui maximise le bénéfice net du tourisme pour les pauvres. Ce concept « Propoor Tourism » renforce le lien entre les entreprises touristiques et les pauvres, de sorte que la contribution du tourisme à la réduction de la pauvreté est augmentée grâce à la participation active de la population locale au développement du produit touristique. L’industrie du voyage et du tourisme est elle-même intensive en ressources humaines en raison de la nature de service de l’industrie. De plus, un emploi dans l’activité touristique principale crée environ deux emplois supplémentaires (indirects) dans l’économie liée au tourisme.

Les statistiques disponibles indiquent que dans le domaine de l’emploi, entre les années 2000-2003, l’emploi total dans le secteur du tourisme au Ghana est passé de 90 000 (direct – 26 000 ; indirect – 64 000) à 127 645 (direct – 37 283 ; indirect – 90 362), représentant 42 pour cent d’augmentation. Parmi les personnes employées. 56 pour cent étaient des hommes et 44 pour cent des femmes. On prévoit que d’ici 2009, le tourisme emploiera environ 300 000 personnes. La dimension de genre est ici très importante : selon les preuves empiriques du Programme des Nations Unies pour le développement, qui suggèrent que les pays en développement avec moins d’inégalités entre les sexes ont tendance à avoir un taux de pauvreté plus faible. L’implication pour nous est que l’égalité des sexes à travers la création d’opportunités pour les femmes, comme c’est typique de l’industrie du tourisme, a un effet beaucoup plus fort sur la pauvreté et l’économie nationale.

Le Ghana est certainement doté d’un large éventail de ressources naturelles, culturelles, historiques et patrimoniales uniques et passionnantes, le dont la majorité sont situées dans les zones rurales où la pauvreté est endémique. Ces ressources sont cependant sous-développées pour exploiter pleinement les potentiels au profit des communautés au sein desquelles elles se trouvent. Les autorités municipales, de district, municipales et traditionnelles qui s’efforcent de développer les ressources touristiques au sein de leurs localités tirent profit de leur investissement.

Cet effort offre un large éventail de prestataires de services dans la communauté des avantages économiques et sociaux. Il enrichit les membres de la communauté, améliorant ainsi leur vie sociale puisqu’ils peuvent se permettre les nécessités les plus élémentaires de la vie grâce au travail de descendance. Le tourisme aurait un effet multiplicateur, une fois qu’il est bien développé et promu. Une étude de cas est l’Assemblée municipale de Hohoe qui a déclaré que ses revenus les plus élevés provenaient de leurs investissements dans le tourisme. Environ 19 sites d’écotourisme à travers le pays ne font pas exception.

Le tourisme est également un outil catalyseur qui stimule la croissance dans les autres secteurs de la économique, qui emploient également bon nombre de personnes. Le secteur agricole emploie environ 60 pour cent de la population active totale du pays. Le secteur du tourisme offre un marché prêt aux agriculteurs dans les restaurants et les restaurants traditionnels/indigènes, aidant ainsi à soutenir les agriculteurs dans leur commerce. C’est un fait indéniable que le tourisme soutient également le secteur industriel en condescendant leur produit ainsi que le secteur manufacturier. Les producteurs de textiles locaux, c’est-à-dire de tissus tie-dye et batik, voient leurs produits très appréciés des touristes en tant qu’identification unique d’une destination. La vision du ministère du Tourisme de soutenir et de promouvoir la réalisation de la vision globale du gouvernement du Ghana vise à atteindre un revenu par habitant de 1 000 USD d’ici 2018 grâce à la réalisation du plein potentiel du secteur en contribuant à la création de richesse économique, à la création d’emplois , la réduction de la pauvreté, la préservation de l’environnement, ainsi que les actions nationales et internationales cohésion.

Pour réaliser cette vision, le ministère cherche à attirer environ un million de touristes, ce qui implique une croissance correspondante de l’expansion des sites touristiques à travers le pays, notamment des restaurants, des pubs, des boîtes de nuit, des réceptacles touristiques, etc. Les chiffres disponibles indiquent qu’entre 1997 et 2007, les établissements hôteliers ont presque doublé, passant de 751 à 1 430. Avec les incitations actuelles disponibles pour attirer les investisseurs, lorsqu’elles sont effectivement mises en œuvre, il est probable que l’expansion continue et rapide de l’expansion des sites touristiques crée des emplois plus décents pour les citoyens.