Le recyclage des déchets pour la production d’énergie

Les systèmes d’énergie renouvelable tels que les panneaux solaires et les éoliennes deviennent des éléments de plus en plus importants du mix énergétique et deviendront encore plus essentiels à l’avenir. Néanmoins, l’un des principaux problèmes concernant chaque énergie éolienne et solaire est qu’elles n’ont pas la capacité d’offrir de l’énergie de poids de base sans l’ajout d’un espace de stockage de batterie. Une autre forme d’énergie renouvelable est la valorisation énergétique des déchets, ou bioénergie. Il ne fait aucun doute que certaines personnes ne les considèrent pas comme vertes et ne relèvent pas de la même tradition que le solaire et l’éolien. Néanmoins, notre capacité à valoriser la biomasse, voire à créer encore des déchets, est incontestable. L’un des avantages de la valorisation énergétique est qu’elle détourne les déchets des sites d’enfouissement, ce qui en fait une bien meilleure option que de simplement se débarrasser de nos déchets et de ne rien en récupérer. Néanmoins, il convient d’observer que seuls les déchets qui ne doivent pas être réutilisés doivent être utilisés dans une application de valorisation énergétique. En un mot, la hiérarchie des gaspillages doit être remarquée dans toute préparation au travail avec nos déchets, comme le recyclage, la valorisation énergétique et les choix de mise en décharge. La valorisation énergétique utilise les déchets comme combustible pour produire de l’électricité, tout comme d’autres végétaux énergétiques utilisent le charbon, le pétrole ou le gaz. Il existe aujourd’hui une gamme de systèmes utilisés dans le monde et le type de technologies sélectionnées est essentiellement déterminé par le type de matière première disponible. La végétation valorisable en énergie peut être à très petite échelle, à l’image de la végétation à fonction digestive anaérobie que l’on peut trouver dans certains élevages, jusqu’aux plantes qui alimenteront les villes. De nombreux pays ont maintenant réussi à créer une végétation de valorisation énergétique des déchets, l’Europe devenant le meilleur choix parmi de nombreux systèmes actuellement utilisés. Ceci est principalement dû au manque de décharges disponibles dans la région très peuplée mais géographiquement peu étendue. En conséquence, des pays comme le Danemark et la Suède utilisent déjà avec succès le gaspillage d’électricité depuis de nombreuses décennies pour tirer à la fois de la chaleur et de l’énergie pour leurs communautés. Certes, une partie de la végétation européenne gaspillée en énergie n’est pas seulement sensible et bénéficie également d’un large soutien de la communauté, elle a également une valeur architecturale considérable. De tous les systèmes de valorisation énergétique des déchets, l’incinération – la combustion de matériaux tels que les déchets avec récupération d’énergie – est la plus courante. Bien que l’expression incinération indique très probablement un processus sale, simplement parce que nous nous souvenons tous des incinérateurs de chantier d’il y a longtemps, il existe de nos jours des spécifications strictes en matière d’émissions. Il s’agit de normes pour les oxydes nitreux (NOx), le dioxyde de soufre (SO2), les toxines chimiques et les dioxines. En conséquence, la végétation d’incinération moderne est nettement plus propre que les espèces anciennes, dont beaucoup ne récupèrent ni l’énergie ni les composants. Les incinérateurs contemporains réduisent la quantité de déchets initiaux de 95 à 96 %, en fonction de la composition et du degré de récupération des composants tels que les métaux des cendres pour le recyclage. Certaines des critiques de l’incinération incluent l’émission de particules fines, de toxines chimiques, poubelles Genay de traces de dioxine et d’acidité – bien que celles-ci soient toutes très mineures dans la végétation moderne. D’autres problèmes concernent la bonne gestion des résidus comme les cendres volantes, qui doivent être traitées dans le cadre d’une installation d’élimination des déchets dangereux, et les mâchefers, qui doivent être réutilisés correctement. Encore une fois, la plus grande inquiétude est le fait que les matériaux qui doivent être recyclés se retrouveront dans une herbe recyclée en énergie plutôt que d’être réutilisés. Les incinérateurs ont une productivité électrique de 14% à 28%. Afin d’éviter de perdre le reste de l’énergie, il peut être utilisé dans le chauffage domestique par cogénération. Les incinérateurs de cogénération ont une efficacité totale de plus de 80 %. Récemment, plusieurs autres technologies nouvelles et émergentes ont été développées pour créer de l’énergie à partir de déchets ainsi que d’autres énergies sans combustion directe. Quelques-unes de ces technologies pourraient même produire beaucoup plus d’électricité à partir de la même quantité d’énergie que ce qui serait possible par une combustion immédiate. Ceci est principalement dû à la séparation des composants corrosifs (cendres) du combustible converti, permettant ainsi des températures de combustion plus élevées dans les chaudières de chauffage central, les turbines à gaz, les moteurs à combustion interne et les piles à combustible.